Skip links

Fabrication additive : histoire et perspectives de croissance dans le monde dentaire

Aujourd’hui, 3 laboratoires dentaires sur 5 utilisent des imprimantes 3D selon la NADL (National Association of Dental Laboratories). Depuis 2014, l’adoption de la fabrication additive par les laboratoires de prothèses dentaires a été multipliée par 6. En 2022, 61% des laboratoires sont équipés d’au moins une imprimante 3D.

Quel est l’impact de l’impression 3D pour votre cabinet dentaire ?

Laboratoire Cristal, acteur référent du numérique dentaire, fait le point pour vous.

L’histoire de l’impression 3D

Tout d’abord, depuis quand parle-t-on d’impression 3D ?

L’impression 3D est née entre 1983 et 1986. Pour mémoire, la première machine s’est appuyée sur le principe de la stéréolithographie. Charles Hull, actuellement président de 3D Systems (un fabricant d’imprimantes 3D), est l’homme qui se cache derrière ce prototype. 

C’est à partir de 2008 que la course à la démocratisation et à l’accessibilité de la fabrication additive est lancée. Que ce soit pour l’ingénierie, l’aérospatial ou le médical, des chercheurs et d’autres fabricants de machines sont engagés dans une bataille non seulement sur la technique de leur machine, mais également sur des matériaux novateurs.

Aujourd’hui, la fabrication additive fait partie du quotidien du monde dentaire, et s’inscrit dans la continuité de votre cabinet dentaire.

La croissance de la fabrication additive dans le secteur dentaire

En forte croissance depuis quelques années, 61% des laboratoires dentaires sont équipés d’une imprimante 3D dans le cadre de leurs activités. De plus, parmi les laboratoires n’utilisant pas d’imprimantes 3D, 35% prévoient de proposer des pièces imprimées en 3D dans un futur proche.

Au Laboratoire Cristal, nous sommes équipés d’un parc d’imprimantes 3D :  la Promaker LD10 de Prodways Group, la Formlabs 2 ainsi que la Formlabs 2B. De plus, nous possédons plusieurs machines d’usinage et plusieurs systèmes de CFAO dentaire avec scanner 3D garantissant ainsi notre maîtrise de la fabrication additive.

L’utilisation d’imprimantes 3D nécessite non seulement un investissement dans l’équipement et les matériaux, mais aussi un investissement dans l’équipement dans la formation, la main-d’œuvre et le service.

Pourtant, l’émergence de nouveaux produits innovants entraîne une appétence pour le digital chez les chirurgiens-dentistes. Cette nouvelle envie entraîne une croissance de la fabrication additive au cœur des laboratoires de prothèses dentaires.

Adossé à Prodways Group, le leader européen de l’impression 3D, le Laboratoire Cristal bénéficie d’un savoir-faire spécifique dans l’impression 3D, fruit de l’histoire et de l’innovation continue de sa maison mère.

De plus, le développement de produits et de protocoles toujours plus innovants promettant une régularité et une précision parfaite est aujourd’hui possible grâce au flux numérique de travail.

En tant que chirurgien-dentiste, il est donc important de choisir un prothésiste équipé pour répondre aux enjeux des dernières innovations.

Adossé à Prodways, leader de l’impression 3D, le Laboratoire Cristal dispose d’un pôle R&D de d’appréhender et développer les nouvelles applications de l’impression 3D. L’objectif ? Sécuriser et accompagner votre cabinet.

Par ailleurs, toutes les imprimantes 3D ne sont pas compatibles avec l’ensemble des typologies de produits. Il est nécessaire d’y prêter attention lors de la sélection de votre prothésiste.

Pour rappel, le Laboratoire Cristal dispose d’un parc d’imprimantes permettant de répondre à tous vos besoins en flux de travail numérique.

Quid des imprimantes 3D ?

Avec l’émergence des techniques d’impression en 3D, de nombreuses entreprises développent des imprimantes et des matériaux spécifiquement destinées aux laboratoires dentaires.

Formlabs, Stratasys, 3D Systems ou encore Prodways Group (notre maison mère) sont les marques d’imprimantes leaders du marché international. Mais toutes ne se valent pas !

En effet, il existe plusieurs techniques d’impression en 3D, mais quelles sont les différences ?

Stéréolithographie (SLA)

La stéréolithographie, plus simplement appelée SLA, est la première technologie de fabrication additive. Et elle reste aujourd’hui la technologie la plus répandue et la plus prisée des professionnels, notamment dans le monde dentaire.

La SLA utilise un laser dans le but de transformer en un plastique solide, une résine à la base liquide. Ce procédé s’appelle photopolymérisation. La stéréolithographie est le procédé qui offre la plus haute résolution, la meilleure précision et la meilleure finition de surface des pièces imprimées en 3D. La SLA est un procédé qui convient parfaitement à la fabrication de prototypes détaillés.

Au Laboratoire Cristal, nos guides chirurgicaux imprimés en 3D ainsi que nos fausses gencives 3D sont imprimées grâce à la SLA sur nos 2 imprimantes Formlabs. Nos modèles d’empreintes imprimés en 3D sont eux aussi réalisés en SLA sur notre Promaker LD10.

Frittage sélectif par laser (SLS)

Le Frittage Sélectif par Laser (SLS) est le procédé qui utilise un laser de haute puissance afin de faire fusionner des petites particules de poudre polymère. Ce procédé est particulièrement recommandé pour les pièces à géométrie complexe. De plus, le SLS est très utilisé dans le monde de secteur industriel en raison du faible coût par pièce imprimée. Ce procédé est beaucoup moins répandu dans le monde dentaire.

Dépôt de fil fondu (FDM)

Le Dépôt de Filament Fondu (FDM) est le procédé d’impression le plus utilisé par le grand public. Ce procédé fabrique des pièces en faisant fondre un filament thermoplastique couche par couche. De plus, le FDM présente la résolution et la précision la plus basse, en comparaison des procédés en SLA par exemple. Ce n’est donc pas la meilleure option pour imprimer des pièces précises et complexes telles que des modèles ou des empreintes dentaires.

Synthèse comparative

/

Résolution Précision Finitions

Complexité

FDM

⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️

SLA

⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️

⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️

SLS

⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️ ⭐️

Il est primordial de vous faire accompagner par un fabricant de prothèses dentaires équipé d’imprimantes 3D qui utilisent la stéréolithographie afin de gagner en précision, qualité et fiabilité pour vos prothèses dentaires. En effet, nous vous conseillons de vous allier à un laboratoire qui saura répondre à vos attentes. 

Notre Promaker LD10, dotée de la technologie MOVINGLight de Prodways, nous permet d’obtenir une résolution du modèle inégalée (jusqu’à 32 microns par pixel) garantissant un ajustage optimal des prothèses réalisées. Elle est également compatible avec les dernières matières innovantes usitées en dentisterie numérique.

Grâce à l’apport technologique, l’imprimante 3D permet de gérer les flux de production du simple cabinet dentaire indépendant jusqu’au centre dentaire ou CPAM. La productivité des machines permet de gérer une montée en charge du volume de production tout en garantissant une précision accrue, des délais respectés et un flux global digital maîtrisé indispensable pour votre cabinet.

La Promaker LD10 de Prodways Group permet une impression de 48 arches dentaires en seulement 1h34.

L’avenir de la fabrication additive

L’impression 3D est l’avenir de la prothèse dentaire. En effet, il y a quelques années, la fabrication additive était une nouveauté pour un grand nombre de professionnels du secteur dentaire et des préoccupations avaient vu le jour notamment à propos de la qualité et de l’esthétique des prothèses, de l’adoption par les chirurgiens-dentistes ou encore de l’apprentissage d’un nouveau flux de travail.

Cependant, avec l’évolution rapide de cette technologie au sein de l’industrie dentaire, ces préoccupations sont aujourd’hui des certitudes : l’impression 3D des modèles permet de réaliser ensuite des prothèses dentaires de haute qualité, très précises et très solides.

En effet, pour vous, en tant que chirurgien-dentiste, s’allier à un laboratoire maîtrisant la fabrication additive est une des clés pour tendre vers un flux numérique dentaire.

L’avenir de la profession passe donc par la digitalisation et la transformation numérique des cabinets dentaires comme des laboratoires.

Cristal : Laboratoire référence de la fabrication additive

Vous n’êtes pas encore équipés pour travailler en flux numérique mais vous souhaitez tout de même disposer de toute l’innovation de la fabrication additive ?

La laboratoire Cristal vous le permet et le processus se déroule en 6 étapes.

  1. Prise d’empreinte traditionnelle
  2. Numérisation de l’empreinte
  3. impression du modèle 3D
  4. CFAO/CAO
  5. Usinage
  6. Ajouts cosmétiques

Vous êtes équipés pour travailler en flux numérique et vous désirez profiter de toute l’innovation de la fabrication additive ?

Le processus se décompose en 5 étapes : 

  1. Prise d’empreinte optique
  2. Impression du modèle 3D
  3. CFAO/CAO
  4. Usinage
  5. Ajouts cosmétiques

A noter que l’ensemble de notre usinage est réalisé grâce à notre PrograMill PM7 d’Ivoclar.